Des locomotives à vapeur en mouvement

Camarade, bonjour.

Je me présente, je m’appelle Henri ♪ Adnane.

Vois-tu, il y a une thématique que je trouve particulièrement intéressante, c’est celle de la représentation du déplacement, du mouvement et de la vitesse. Et j’aime aussi ce qui se déplace sur des rails et qui transporte. Tu as deviné juste, je vais parler de trains à vapeur. Ça ne veut pas dire que je n’aime pas les trains électriques, les trains au gazole, les arrières-trains, les TGV, les TER…

Blague à part, je vais te montrer quelques œuvres comprenant des locomotives à vapeur en déplacement. Tu verras, elles ont été représentées de différentes manières.

FLOU… (UNE LOCOMOTIVE DE LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE)

1280px-turner_-_rain_steam_and_speed_-_national_gallery_file
Joseph Mallord William Turner, Pluie, Vapeur et Vitesse – Le Grand Chemin de Fer de l’Ouest, 1844, huile sur toile, 91 x 121,8 cm, National Gallery, Londres, Royaume-Uni

Commençons par un tableau de Turner : Pluie, Vapeur, Vitesse – Le Grand Chemin de Fer de l’Ouest, réalisé en 1844. Il s’agit d’un tableau représentant une locomotive passant sur un pont enjambant la Tamise, à Londres.

Le paysage est brumeux, on distingue mal les détails, mais on peut discerner le fleuve, ses reflets, le pont en arrière-plan qui l’enjambe, et surtout la locomotive qui avance en suivant la ligne de la perspective – elle avance dans notre direction. Cette perspective, en plus du flou censé représenter la pluie et le brouillard, permet de donner du mouvement et de la vitesse à ce train.

SOUS LES FLOCONS… (UNE LOCOMOTIVE DU MOUVEMENT IMPRESSIONNISTE)

Plein de tableaux impressionnistes représentent des trains. Le meilleur exemple est la série de Monet sur la gare Saint-Lazare.

Mais j’ai envie de te parler de cette œuvre-là :

monet-le-train-dans-la-neige
Claude Monet, Le train dans la neige, 1875, huile sur toile, 78 x 59 cm, musée Marmottan Monet, Paris, France

Le train dans la neige représente un train dans un paysage enneigé, avec sa grisaille et ses arbres sans feuille. A l’instar d’une majorité d’œuvres du mouvement impressionniste, on peut remarquer sur cette toile les traces de pinceaux visibles et la quasi-absence de trait : c’est la couleur qui prend le dessus.

Parlons-en, des couleurs, justement : 50 nuances de gris les tons sont gris : le ciel est d’une couleur gris clair, la fumée est d’un gris un peu moins clair et la locomotive est gris foncé. Les autres couleurs sont les touches de vert dans la perspective à gauche du tableau (utilisées ici pour représenter les arbres et les palissades de bois) et la pointe de rouge et de jaune à l’avant de la locomotive.

Le manque de netteté, les couleurs utilisées ainsi que l’atmosphère représentée fait de cette peinture une œuvre apaisante pour moi. La locomotive avance, mais lentement.

TURFU ! (DES LOCOMOTIVES DU MOUVEMENT FUTURISTE)

Peut-on parler de représentation de ce qui va vite sans parler de futurisme ? Je ne pense pas. En vrai, c’est possible…

Mes camarades Elsa et Teddy en ont parlé dans cet article ainsi que celui-là. Cela pourrait t’être utile si tu ne connais pas le mouvement futuriste.

a559d34d45ce5e13d294f1100a9f1079
Luigi Russolo, Dinamismo di un treno in corsa nella notte, 1911, huile sur carton collé sur toile, 56 x 48 cm, collection privée

Voici un tableau futuriste représentant une locomotive en déplacement. La traduction de son titre est Dynamisme d’un train en mouvement.

Russolo a ici utilisé des répétitions et des superpositions de courbes, de spirales, d’obliques, représentant l’énergie cinétique du train et ses résonances optiques.

On peut remarquer des lignes de perspective (en bas à droite) ainsi que des volutes de fumée nous rappelant que le train est en marche. Il y a de plus un contraste clair-obscur entre la lumière jaune très forte de l’arrière-plan et l’ombre propre bleutée du train, agrémentée de traînées obliques blanches traduisant la vitesse de cette locomotive.

Et je trouve ce clair-obscur très joli.

684-e-1922-italia-ivo-pannaggi-treno-in-corsa-futurismo
Ivo Pannaggi, Speeding Train, 1922, huile sur toile, 100 x 120 cm, musée Palazzo Ricci, Macerata, Italie

Voici, pour finir, un autre tableau futuriste où il y a une locomotive.

La première chose que tu remarqueras, c’est que ce train est moins détaillé que celui du tableau précédent (à peine peut-on distinguer le corps cylindrique de la chaudière à vapeur). La deuxième, c’est que c’est plus coloré.

Ivo Pannaggi a préféré mettre l’accent sur l’impression de vitesse que dégage cette locomotive, en utilisant bien sûr des spirales et des obliques brisées, mais il a aussi utilisé des dégradés de couleurs primaires pour donner cette sensation de déplacement et de rapidité. Ces dégradés me rappellent l’imprécision du tableau de Turner et me font penser à ce que nous voyons quand un objet se déplace à vive allure : un objet flou.

Je ne peux m’empêcher de comparer ces facettes de couleur des carreaux de vitrail colorés.

LE MOT DE LA FIN

La locomotive à vapeur est un symbole du progrès et de l’industrie moderne de l’époque des peintres comme Turner, Monet, Russolo et Pannaggi. Les tableaux dont je t’ai parlé sont des preuves de leur vif intérêt et leur fascination pour la modernité. Ils ont ainsi représenté le déplacement et l’allure des trains de plusieurs façons différentes.

Et cela me plaît.


Sources :


Première image : Fortunato Depero, Treno partorito dal sole, 1924, huile sur toile, 131 x 90,5 cm, collection privée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s